DES QUESTIONS ?... C'est normal ! Nous allons tenter d'y répondre...

Posez directement vos questions à l'équipe Smaller®

Ecrivez-nous ou téléphonez-nous directement,

nous nous ferons un plaisir de vous répondre !!!

CENTRE DE TEST

 

Notre centre de tests permet de tester les déchets les plus divers avec différentes machines dans des conditions d'utilisation réalistes. 

Objectif : définir la configuration de machine optimale pour le cas d'application considéré. Pour vous, cela signifie 100 % de sécurité lors de la décision d'investissement !

 

Chaque série d'essais comprend un compte-rendu exhaustif, y compris documentation vidéo et photo, et sert ainsi de justificatif fiable des données de performances obtenues.

De plus, ces essais vous permettront d'apporter des données précieuses sur la base desquelles reposera l'optimisation de vos coûts liés à la gestion de vos déchets.

Nous vous proposons de réaliser un test pratique gratuit avec vos déchets.

Biodéchets, déchets alimentaires : quelles différences ?


Le terme biodéchet est défini dans l’article R.541-8 du code de l’environnement de la façon suivante :
« Tout déchet non dangereux biodégradable de jardin ou de parc, tout déchet non dangereux alimentaire ou de cuisine issu notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires ».
Le terme déchet alimentaire recouvre tout déchet alimentaire (restes de repas, retours plateaux, déchets de préparation alimentaire...) issu notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires. Les DCT peuvent être d’origine :

  • Végétale (épluchures de légumes, restes de fruit…) ;
  • Animale (os, reste de viande ou de poisson…) ;
  • Cru ou cuit.
Ils peuvent se présenter sous forme :
  • Solide (pain, os, noyau, coquilles de mollusques…) ;
  • Pâteuse.




Pourquoi trier les déchets alimentaires ?


Le tri à la source des déchets alimentaires permet :

  • De tendre vers le zéro déchet organique non valorisé, grâce à la transformation de déchets comme les restes de repas et les os,
  • De diminuer d’environ 30 % le volume des ordures ménagères,
  • Un retour au sol de la matière organique, en produisant du compost, utilisé par les agriculteurs, limitant le recours aux engrais chimiques,
  • De produire du biogaz par méthanisation




Qui est concerné par le tri des déchets alimentaires ?


Tout producteur de déchets alimentaires est concerné par la démarche :

  • Les ménages, les entreprises, les collectivités,
  • Les établissements scolaires, les crèches,
  • Les restaurants, les maisons de retraite,
  • Les hôpitaux, les marchés, les hôtels…




Biodéchets, que dit la réglementation ?


La particularité des biodéchets issus de la restauration réside dans la présence de Sous‑Produits Animaux (SPAn). La réglementation sanitaire européenne traduite en droit français prévoit trois catégories de SPAn correspondant aux trois niveaux de risque auxquels sont associés des dispositions spécifiques : Cette législation vise à éviter le retour de l’ancienne filière « soupe aux élevages industriels de cochon ». Depuis les récentes pandémies (épizootie de la vache folle, tremblante du mouton, grippe aviaire, botulisme, maladies à prion) qui ont provoqué la mort de nombreuses personnes et atteint gravement certains secteurs de l’économie mondiale, notamment la restauration, les risques sanitaires liés aux SPAn font l’objet d’une surveillance accrue par les autorités sanitaires, à commencer par la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations). Une réglementation dédiée a mis en place des process de collecte, de traitement et de traçabilité spécifiques. La réglementation sanitaire utilise le terme « déchets de cuisine et de table » (DCT) mais pour faciliter la compréhension, nous désignerons donc dans ce document les DCT par le terme commun de « biodéchets ». Les DCT relèvent donc de la réglementation des SPAn C3, sauf lorsque la restauration concerne des transports internationaux (avion, bateau). Dans ce cas, c’est la réglementation sur les SPAn C1 qui s’applique (ils doivent être éliminés sans possibilité de transformation en engrais). Un DCT sera jugé en décomposition (et donc relevant d’une réglementation plus contraignante sur les SPAnC2) dès lors qu’il y a présence de pontes de mouches ou d’asticots, d’une odeur ou d’une couleur caractéristiques de la putréfaction. La réglementation sanitaire comporte donc des dispositions particulières pour les DCT uniquement lorsqu’ils sont :

  • Destinés à la fabrication de compost ou de biogaz (notre cas) ;
  • Destinés à une valorisation via un établissement de transformation de sous-produits animaux ;
  • Destinés à l’alimentation animale ou qu’ils proviennent de transports internationaux.




D'où proviennent les SPA de catégorie 3 ?


  • Les coquilles d'œuf et les œufs retirés de la vente,
  • Tous les produits de boulangerie, viennoiserie et pâtisserie contenant du beurre, du lait ou des œufs ,
  • Tous les produits laitiers (yaourts, fromages, crèmes desserts …),
  • Les salaisons et les produits de saurisserie,
  • Toutes les préparations culinaires, en frais ou en boite de conserve, à base d'œufs , de beurre, de lait (pâtes à tarte …), de viande, de poissons et de salaisons,
  • Les viandes,
  • Les poissons et les produits de la mer,
  • Les graisses animales,
  • Le miel,
  • Les aliments pour animaux incorporant de la viande, du poisson, des œufs , du lait.
​Cette liste met en évidence un point très important. Les SPA de catégorie 3 ne sont pas des déchets « exceptionnels », ni « rares ». On en trouve forcément dans les biodéchets des activités de la restauration et du commerce alimentaire.
Les huiles alimentaires, qu’il s’agisse d’huiles de cuisson d’aliments ou d’huiles « neuves » ayant été retirées de la vente, sont des biodéchets. Mais elles font l’objet d’une réglementation particulière, comme le précise l’annexe de la circulaire du 10 janvier 2012.





LA DÉSHYDRATATION

SOLUTIONS DE RÉDUCTION DES DÉCHETS

Moins de déchets

Moins de collectes

Moins de dépenses

  • DÉSHYDRATEUR ; BROYEUR ; COMPACTEUR
  • DÉSHYDRATEUR ; BROYEUR ; COMPACTEUR

© Copyright 2020 | SMALLER® | Siège social : 910, route de Sarcey - Z.A. La Poste - R.N.7 - 69490 Saint-Romain de Popey - France 

+33 (0)4 74 63 44 79 | contact@smaller.fr | RC B 725 780 506 | Tous droits réservés |  Mentions légales